Cookie Chronicles

Des chroniques et des cookies. Surtout des cookies.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ehnala
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 22

MessageSujet: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Jeu 5 Jan - 18:24


Chapitre I
Frère de sang, Frère de coeur


    Résumé :
    Rencontre en Méléagant et Agravain adolescents, adoption de Méléagant par la famille d'Agravain
    (à mettre à jour au fur et à mesure des posts)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cookie-chronicles.forumactif.com
Liliandril
Admin


Messages : 30
Date d'inscription : 03/01/2017

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Jeu 5 Jan - 21:46

Il faisait froid dehors, la neige avait commencé à tomber durant la nuit et la journée, laissant de la boue dégoutante sur les bords des routes, là ou les pattes griffues des loups et les roues des charrettes l'avait repoussée. Il faisait froid, et une ombre se glissa au bord de la route, vers une des seules maisonnettes qui était toujours vivement éclairée à cette heure du soir, et d'où provenaient des bruits de conversation et des rires joyeux.
L'odeur de l'alcool, de nourriture se propageait depuis la taverne dans la rue, et attirait les voyageurs fatigués comme la lumière attire les papillons de nuit. Le jeune loup s'approcha, puis poussa la porte, par dessus laquelle un vieux panneau de fer grinçait, marqué du nom du lieu.
La ????
Il poussa la porte, et entra discrètement. A l'intérieur, à cette heure tardive, la plupart des loups avaient beaucoup à dire, leurs esprits englués par l'alcool qu'ils avaient consommé de façon ... plutôt enjaillée. Les cris, les rires, et les petites bastons éclataient de tous côtés, alors qu'on servait la bière, et qu'on mangeait, sur des tables plus ou moins neuves.

La forme ôta son capuchon blanc, et laissa apparaître une tignasse de cheveux noirs et bouclés, si sombres et brillants que la couleur ne pouvait être naturelle. Sous les mèches, parut un visage brun-roux, à la mâchoire plus claire et aux yeux d'un brun si sombre qu'il en paraissait presque noir. Le loup s'avança vers une table et s'assit sur la paille disposée autour. Malgré ses airs de voyageur venu d'ailleurs, avec sa cape salie qui lui tombait sur le corps, et couvrait tout ce qu'il pouvait bien porter, ses traits et sa chevelure soyeuse contaient une autre histoire. Il avait un air qu'on n'arrivait pas à caser, bien qu'il semble être un peu jeune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehnala
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 22

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Jeu 5 Jan - 22:12

    Un peu plus loin dans la pièce, une paire d'yeux clairs n'avait pas manqué de remarquer ce nouveau venu. Il était rare que de si jeunes loups viennent fréquenter seuls la taverne à cette heure tardive, et les traits de celui-ci avaient en plus quelque-chose de subtil et délicat que l'on ne croisait que peu dans les environs. Et ses cheveux à l'apparence artificielle ne firent que renforcer les soupçons de celui qui observait le rouquin. Ce denrier, de toute évidence, ne désirait pas crier sur les toits son appartenance à la plus haute caste de la société, se contentant d'arborer le symbole d'un ordre plus modeste mais non moins noble.
    Celui des Chevaliers de Kizenn Morian. Il en était quasiment certain.
    Le loup qui observait, se fondant ainsi dans l'ambiance chaleureuse et bruyante de la taverne, ne venait pas d'une belle famille aux boucles blondes. Il avait grandi dans un monde bien plus rustre et qui l'avait endurci assez pour que lui ne se sente pas foncièrement à la mauvaise place au milieu de tous ces cris tonitruants et ces jappements à moitié ivres. Mais celui-là, que faisait-il ici ?

    Méléagant ramena ses pattes près de lui, sans les retirer de la table. Il n'avait pas touché à l'écuelle posée devant lui. Il n'était pas là pour cela. epuis bien longtemps, la famille qui vivait à quelques lieues de chez eux et qui pratiquaient eux aussi l'art de la Forge menaçaient la petite échoppe de son père, et les menaces s'étaient faîtes de plus en plus insistantes. Au début, les signes étaient classiques. Quelques coups de griffes sur la porte. Des choses renversées. D'ordinaire, le commun peuple abdiquait à cela et ne cherchait pas les ennuis. Mais son père ne s'était pas laissé impressionner, et la patte sanglante qu'ils avaient trouvée inscrite sur leur perron ne laissait aucun doute sur ce qui se passerait ensuite. Leurs ennemis étaient puissants, et feraient si besoin appel à l'ordre des Sanglants pour régler cette affaire dans le silence.
    Alors Méléagant avait décidé de venir lui-même en découdre. Il ne manquait pas de bravoure même si son manteau trop long pour lui cachait un corps qui était gringalet et peu épais. Sur ses traits, plus durs que ceux du rouquin, était écrit que la vie qu'il menait n'avait jamais été faite d'opulence et de richesses. Oh que non. Mais il n'en avait cure. Il savait que le plus jeune fils de leur ennemi venait ici ce soir.
    Il l'attendait.

    Son regard resta quelques instants accroché au jeune nouveau venu.
    Jusqu'à ce qu'un grand fracas, qui fit voler la porte en éclat, ne le fasse se relever prestement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cookie-chronicles.forumactif.com
Liliandril
Admin


Messages : 30
Date d'inscription : 03/01/2017

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Ven 6 Jan - 22:41

Le grand fracas, c'était pas un loup, ni même deux qui l'avait provoqué, mais quatre. Les grands êtres rentrèrent, évidement déjà ivres grâce à quelque boisson bien alcoolisée, avant que la lumière de les frappe en plein fouet. Si ils avaient été des jeunes loups à leur première sortie en taverne, ils auraient surement louché comiquement, et fait éclater de rire la taverne, dont les occupants auraient joyeusement servi les jeunes, faisant des paris sur lequel perdrait connaissance en premier. Mais ceux là avaient un manque de retenue dans les yeux, qui montrait bien que les conventions sociales normales étaient soudain envolées pour ces quatre là.
Ils étaient tous noirs et blancs, il n'y avait en eux pas une once de couleur, sauf les yeux, qui étaient de différentes teintes vives. Il y avait trois grands, gros mâles, une grande femelle et une femelle plus mince, plus jolie. Tous semblaient être bien surs d'eux, bien confiants, leurs rires résonnant dans le silence que leur présence venait de leur creuser.

Tous les loups se tournèrent vers eux, leurs visages soudain bien moins amusés et joyeux, quelque chose dans l'allure de ces quatre loups les ayant soudain perturbé.

Dans ce royaume, il y avait jadis eu deux monarques, un frère et une soeur, qui régnaient ensemble. Ils étaient jumeaux, raison pour laquelle leur mère, l'ancienne reine, n'avait à sa mort pas pu choisir entre ses enfants, leur conférant tous les deux le poste de régent. Mais malgré ce désir de leur mère, une tension régnait entre les deux, chacun désirant plus du pouvoir. La Reine, ??? décida un jour de créer un ordre de gardes du corps qui défendraient les riches nobles du royaume, mais surtout la famille royale. Elle donna ainsi vie à l'ordre des Chevaliers de Kizenn Moria, chevaliers aux cheveux noirs. Mais elle l'avait fait sans concerter son cher frère.
Celui-ci, désireux de ne pas avoir à partager le pouvoir, l'accusa de trahir le désir de leur mère, qu'ils partagent le pouvoir. Il la jugea devant une cour plus ou moins objective, et incapable de totalement l'exiler, lui donna un tiers des terres, l'en faisant Reine, avec interdiction de revenir sur son territoire.
Les chevaliers la suivirent, refusant d'abandonner celle qui les avait soutenus, celle qui était devenue leur chef, et, outré, le roi créa une nouvelle branche de guerriers. Les Injustes, en référence à l'injustice de la décision de sa propre sœur. Et pour être certain de ne pas avoir d'espions ou de traîtres, il les modela à son image. Le grand loup noir et blanc aux cheveux blonds quasiment blancs instaura un concours d'entrée à sa guilde. Mais lorsqu'on le passait, on était jeté dans un lac, accumulation des pluies acides, qui drainait la couleur du pelage, ne laissant plus que des teintes de blanc et de noir sur tout de le pelage, leur seule couleur résidant dans leurs iris.

Et ces loups, avec toute leur dégaine, et leurs protections portant clairement le signe de la guilde, était définitivement des injustes.
Ils se lancèrent d'un pas lourd et décidé vers le bar, où l'aubergiste essayait de faire fière figure.
Les aubergistes étaient souvent de grands loups bien forts, habitués à séparer les loups un peu trop ivres et à crier pour se faire entendre de l'autre côté de la salle, mais celui ci, fort parmi les forts, tremblait d'avance. Ce genre de loups était typiquement la crainte de tous, forts et sans pitié, ils avaient hérité de leur maître.

Ce fut la femelle plus fine qui retint la porte pour un plus jeune loup, d'un brun sombre avec une touffe de cheveux caramel rayés de turquoise, ses grands yeux noisette plein d'amusement. Il était évidement le genre d'enfant un peu gâté par sa grande soeur membre de guilde, qui l'avait probablement fait sortir alors qu'il n'en avait pas le droit, nota le loup roux, qui, dans la distraction, avait reculé pour se plonger dans l'ombre.

Il n'avait pas intérêt à se faire remarquer. Pas intérêt du tout.

Son capuchon était de nouveau entrain de monter pour couvrir ses cheveux, quand une petite louve, déguisée en chevalière à cheveux sombres descendit dans les escaliers qui devaient mener aux chambres, ses grands yeux bleus sombres cherchant évidement ses parents. Il y eut comme un moment de tension, quand le regard des Injustes tomba sur la petite gamine, qui venait de se rendre compte de ce qu'elle venait de faire.
Même les petits connaissaient la rivalité légendaire et sanguinaire entre les chevaliers du roi, et les chevaliers de la reine.
Dans se pays partagé entre deux régents, il valait mieux pas être chevalier chez les Injustes, comme il ne fallait pas être Injuste chez les Chevaliers. Mais techniquement, ici, au bord du territoire de la Reine, ces Injustes ne devraient même pas être ici.
Mais quel paysan oserait s'exclamer contre leur présence ? Qui pouvait risquer leur vie ?

"Coucou gamine ... " grogna un des grands loups à yeux orangés parcourus d'une fente de noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehnala
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 22

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Sam 7 Jan - 11:50

    La petite louve eut un mouvement de recul et rabattit les oreilles en arrière. Elle n'était pas bien grande et de corpulence fluette, pourtant ses cheveux à la couleur trop brillante pour être naturelle trahissaient le fait qu'elle était au moins Ecuyère, et donc loin d'être une toute jeune enfant. En bas, le grand loup qui s'était adressé à elle s'avança à pas mesurés, prenant le temps d'apprécier l'effet qu'il faisait à la foule figée autour de lui. Il se savait visiblement intimidant, avec sa carrure massive. Les muscles roulaient sous son pelage décoloré. Il étaient presque entièrement immaculé, seules quelques taches grises parsemaient son museau et assombrissaient le contour de ses yeux. Yeux avec lesquels il balayait consciencieusement toute l'assemblée, sachant parfaitement quel effet cela aurait. Car ses muscles étaient loin d'être ce qui retenait le plus les autres de venir lui tenir tête. Non, bien-sûr que non. Ses pupilles fendues, comme celles d'un félin, montraient clairement qu'il ne s'agissait pas d'un loup normal. Les Injustes étaient connus pour leur force, mais ceux de Kizenn Morian ne jouissaient pas d'une moindre réputation. En revanche, depuis quelques temps circulait des rumeurs à propos de guerriers qu'un pacte aec de sombres forces venues de l'Ouest aurait doté de pouvoir dépassant la réalité. On les nommait les Impies, et nombre d'histoire aussi effrayantes qu'abracadabrantesques circulaient à leur propos. En revanche, toutes s'accordaient sur un point : en se soumettant à ce pacte, les Impies possédaient les yeux du démon, reconnaissable à leur pupille fendue.

    Un frisson parcourut l'échine de Méléagant, toujours fondu dans le reste des loups. Il n'avait jamais vraiment su s'il croyait ou non à ces histoires. Et maintenant que l'un d'entre eux se trouvait face à lui, il sentait une once d’exaltation et de fascination enfler dans son esprit. Son regard s'accrocha à la silhouette de l'immense guerrier, qui s'était immobilisé au milieu de la pièce, toujours escorté de ses quatre compagnons et compagnes. Soudain, une silhouette se détacha de la foule. Haute, vêtue d'une cape et de protections de cuirs, quelque-chose de métallique teintant à chaque fois qu'elle se déplaçait, elle portait les symboles de la chevalerie. C'était un loup au pelage acier et dont le museau était barré de deux cicatrices certainement anciennes. Il avait un regard clair mais, à cette distance, Méléagant ne parvint pas à en saisir la couleur exacte.

    "Vous n'avez rien à faire ici, fils de Maxwell." Lança-t-il avec calme en se plantant devant le groupe de nouveaux venus. "Nous ne sommes pas en temps de guerre, et vous ne voudriez certainement pas la provoquer en défonçant des portes et en agressant des gamins."

    Il bougea légèrement, avec un nouveau tintement. A lui seul, il était impossible qu'il vienne à bout de ce groupe si la situation venait à empirer, mais il ne semblait pas chercher le combat. Aucune haine ne se lisait sur son visage - ou bien il la cachait avec une troublante perfection.

    "Vous avez une patte sur nos terres, et nous sur la votre ici." Gronda la plus imposante des femelles. "Notre venue est un avertissement."

    Elle eut un sourire mauvaise.

    "A votre place, je retirerais cette patte." Dit-elle d'un ton plus grinçant. "Et si vous n'êtes pas convaincus, voici un peu de persuasion."

    Sans prévenir, elle se jeta sur le tavernier et le plaqua au sol, avant de lui asséner un violent coup de griffes sur le museau. Ce dernier poussa un couinement et se débattit. Tout autour, déjà, les autres guerriers décolorés s'élançaient vers des cibles choisies au hasard, sous le regard satisfait de l'Impie. Il ne fallut qu'un instant pour que la taverne ne résonne des sinistres bruits des combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cookie-chronicles.forumactif.com
Liliandril
Admin


Messages : 30
Date d'inscription : 03/01/2017

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Sam 7 Jan - 12:53

Les rugissements de fureur éclatèrent un peu partout, la plus fluette des Injustes se jetant sur un vieux loup avec un rire amusé. C'était quoi comme mentalité, de se jeter sur un être plus faible pour prouver sa supériorité. Agravain commença à grogner, et se tourna, glissant avec difficulté quelque chose de sous sa cape, avant de se lever, l'objet luisant entre ses crocs, et d'un mouvement de tête, de le lancer sur la louve filiforme.

Il y eu un cri de douleur, et celle ci leva la tête, une dague venant de se ficher dans son épaule. Elle bougeait, tentant, en se contorsionnant, d'attraper la lame pour l'enlever, une couleur rouge commençant à tâcher son pelage. Mais elle dut lâcher le pauvre vieux loup gris et brun, qui se traîna loin d'elle, sa patte arrière gauche de toute évidence blessée, son béret tombé par terre, ses lunettes brisées.
Le roux ne se jeta tout de même pas de suite dans la foule de loups qui tentaient mutuellement de s'égorger, cherchant du regard la petite écuyère aux cheveux sombre. Il ne doutait pas qu'elle puisse se défendre mais ...

Il aperçut soudain sa forme fluette, qui était descendue des escaliers, sans doute dans le but d'apporter son aide aux loups trop ivres pour se battre correctement, mais qui se retrouvait acculée à un mur, le grand loup à la fois Injuste et Impie s'approchant d'elle, ses crocs à l'air, ses yeux pleins de fureur.
Merde.

Le loup roux à cheveux sombres s'élança, sans pour autant quitter l'ombre, une nouvelle dague entre ses crocs, ses yeux focalisés sur la jeune louve. Si cette brute lui faisait du mal ...
Mais soudain quelqu'un se jeta sur lui avec un grognement, le surprenant, sa dague glissant d'entre ses crocs pour tomber par terre, et glisser hors de vue, sous une table. Le roux se retourna, pour venir face à face avec la fine Injuste, qui avait surement identifié la dague qu'elle portait encore dans l'épaule à celle qu'il avait jusque là tenu entre ses crocs. Il grogna.

"Toi ..." siffla t'elle, ses yeux bleus furieux.
Et quelque chose fit déclic dans le cerveau du jeune mâle. Shit. Il savait qui elle était. C'était une diversion, le grand Impie qui semblait être chef, la véritable capitaine était ici. La vitesse avec laquelle elle avait du bouger pour l’attraper, alors qu'elle était blessée relevait d'une puissance et d'une force qu'on ne lui devinait pas.
"Moi !" s'exclama t'il, en roulant de côté, déchirant sa cape, mais le libérant de la prise qu'elle avait eu sur lui, se relevant un peu plus loin, face à elle, crocs à l'air.
Qu'est ce que la lieutenante de Injustes faisait ici ?

Il y avait tant d'histoires sur elle. Il y en avait même une comme quoi elle avait eu des enfants avec le roi Maxwell, qui avaient été kidnappés. La légende parlait ainsi des deux filles injustement disparues, puisqu'elles avaient été plongés dans le bain d'acide alors que toutes jeunes. Qu'est ce qu'elle faisait ici ? Un si important personnage à quelques pas du territoire d'Arwell ?

Il sut soudain qu'il ne ferait pas la taille, face à elle, au combat.

A quelques mètres, le grand chevalier de pelage acier venait de repousser son assaillante, qui avait à présent le visage balafré d'une grosse griffure. Le bruit de son corps qui frappa le sol résonna étrangement parmi les cris, surement parce qu'elle happa le regard de la lieutenante, alors que le grand gris se relevait. Il grogna et sortit soudain une épée de sous sa cape.

Dans un coin de la salle, le jeune loup brun se cachait ses yeux emplis de terreur. Évidement, il n'avait pas le même courage que les deux autres jeunes loups dans cette taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehnala
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 22

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Lun 9 Jan - 10:24

    Loin d'avoir la culture lui permettant d'identifier la louve, Méléagant n'en eut cependant pas besoin pour comprendre que la situation devenait vraiment problématique. Le chevalier gris semblait le seul capable de se battre correctement, même si les deux autres jeunes loups aux cheveux noirs tentaient avec plus ou moins de succès de lui venir en aide. Mais leurs ennemis étaient redoutables. Maintenant, le tintement des armures se mêlait aux crissements des griffes, des crocs et aux grondements, formant un véritable tohu-bohu. Soudain, au milieu de la bataille, le loup sombre vit une silhouette familière se couler entre les participants et s'élancer vers la porte. Impossible de ne pas reconnaître le museau court et la silhouette aux longues jambes du loup que lui traquait. Couvert d'une pelisse crème marquée de blanc, il avait un regard fuyant et cette allure caractéristique qui le faisait ressembler à son père. Et il était présentement entrain de lui glisser entre les pattes.

    Avec un grondement, Méléagant s'écarta de sa table - juste à temps d'ailleurs car une silhouette sombre vint s'y écraser, projetée avec violence par l'un des guerriers décolorés. Il n'avait pas d'arme sur lui, il fallait qu'il se débrouille pour s'échapper d'ici et partir à la poursuite de l'autre. De toute façon, en quoi pouvait-il être utile ? Il n'avait pas été formé au combat. Il n'était pas de la caste de ceux qui savaient mener une bataille. Il longea le mur, sachant toutefois qu'il lui faudrait à un moment où un autre se décider à traverser jusqu'à la porte. Mais il n'eut pas le temps de réfléchir à la manière dont il le ferait, puisque la plus costaud des louves Injustes se dressa face à lui. Son regard était froid et mauvais, mais elle ne se jeta pas immédiatement sur lui. Ils se jaugèrent quelques secondes durant, sans cependant qu'aucun ne doute de qui aurait la supériorité physique. Puis elle s'élança et leurs corps se heurtèrent avec fracas. Ils roulèrent au sol et le dos de Méléagant cogna le mur lui arrachant un grognement étouffé. Au même instant, il vit la petite louve aux cheveux noirs bondir vers eux et crocheter de ses griffes le dos de la louve, lui apportant une distraction suffisante pour qu'il puisse se redresser et filer sur le côté. Désormais,il se trouvait au coeur de la bataille.

    Il esquiva d'un pas maladroit sur le côté deux combattants et se retrouva dos à dos avec le rouquin, visiblement pas plus avancé que lui. Ou peut-être que si, après tout, il avait montré que lui savait utiliser des armes, et de toute façon ses cheveux noircis montraient qu'il connaissait un minimum l'univers des combats. La porte était à sa droite, inaccessible pour le moment. Il lui fallait guetter une ouverture, tout en continuant d'éviter de se retrouver mêlé à l'un des duels.

    Il y eut alors un grondement terrible, qui sembla venir du sol, sous leurs pattes.
    Tous se figèrent durant quelques secondes et les regards convergèrent vers l'Impie, qui avait planté ses griffes dans la terre battue. Ses yeux brillaient d'un éclat rougeoyant, et un courant d'air invisible faisait onduler sa fourrure. Le sol se fissura légèrement devant lui, la terre se craquela, révélant un morceau de roche à l'extrémité pointue. Alors qu'elle émergeait du sol, la forme de pierre se révéla être... une créature. Par réflexe, Méléagant eut un mouvement de recul et heurta quelqu'un derrière. Grande comme au moins deux loups, elle avait une silhouette presque reptilienne, et deux ailes étaient repliées sur son dos arrondi. Quand ses paupières de pierre s'ouvrirent, elles révélèrent un regard qui brillait de la même lumière que celle de celui qui état sans aucun doute son invocateur.

    Alors que le monstre se redressait, les Injustes profitèrent de la distraction pour mettre au sol les derniers loups qui résistaient. Voyant la silhouette de l'un des mâles se jeter dans leur direction, Méléagant bouscula d'un grand coup d'épaule le loup roux, le déviant de la trajectoire des crocs du blanc. Alors, un regard vers la porte lui indiqua que la voie était libre. Sans hésiter, il se ramassa sur lui-même et bondit vers l'avant. Le mâle au pelage clair se jeta sur lui et l'entraîna au sol. Les griffes crisaient sur la terre déjà abîmée et tâchée. Avec un grognement, Méléagant se débattit et parvint à se soustraire de l'emprise de l'autre, en le projetant sur le côté du'n coup de patte qui lui-même le surprit. Mais il prendrait le temps de s'en étonner plus tard. Il s'arracha du sol et atteignit enfin la porte.
    Dehors, l'air froid le saisit et une brume légère auréola son museau. Sans autre forme de procès, il s'élança sur les traces du fils de son ennemi, avec la ferme intention de régler cette affaire une bonne fois pour toutes. Son pelage noir se fondit dans la nuit alors qu'il quittait les abords de l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cookie-chronicles.forumactif.com
Liliandril
Admin


Messages : 30
Date d'inscription : 03/01/2017

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Lun 9 Jan - 20:08

Il sentit l'air frais lui frapper le visage Il avait suivit le loup plus sombre dehors Il étaient vraiment dans la mouise, il fallait chercher des renforts ! Enfin, tout autre écuyer aurait décidé de courir jusqu'à la plus proche caserne pour lancer un appel au secours, pour rameuter des chevaliers.
Mais la caserne la plus proche était à une centaine de kilomètres. Même à toute vitesse, ça lui prendrait toute la nuit. Qui savait ce qu'auraient fait les Injustes, avec tant de temps et beaucoup de prisonniers ? Il fallait qu'il réussisse à les aider, d'un manière ou d'une autre. Le danger était trop grand.
Les injustes étaient parfois sans pitié, mais alors des injustes ivres ? Sans compter une énorme gargouille ! Il s'agita. Il fallait qu'il trouve quelque chose pour les aider.
C'est alors que le seul loup à avoir réussi à sortir, autre que lui, commença à filer.
"Mais ... tu vas où ?!" siffla t''il, désireux qu'on ne les remarque pas.

Qu'est ce qu'il faisait ? N'avait-il pas remarqué le danger que courraient les civils, à l'intérieur ? Pourquoi fuyait-il ainsi ?
Il savait très bien qui c'était. Lorsque la bataille faisait rage, ils s'étaient retrouvés l'un contre l'autre, chacun face à un ennemi, et il avait alors senti quelque chose sous la cape de l'individu. C'était vraiment étrange, seuls les chevaliers, les injustes et les sanglants portaient de telles armes comme ça. Seuls les guerriers, en toute somme. Mais il n'avait pas l'air d'un sanglant, ces loups assassins qui n'avaient pour régent que l'argent qu'on pouvait leur verser pour telle ou telle mission, et il n'avait pas les couleurs ni l'attitude d'un Injuste. De plus, il n'avait pas les affaires d'un chevalier. Et puis Agravain connaissait à peu près tout le monde, en écuyers, et celui-ci n'en était pas un. Mais tout de même, la façon avec laquelle il avait repoussé un de ses ennemis ne laissait pas du doute au roux sur la grandeur de son courage, et sur un entraînement de bataille.
Il ne comprennait pas. Mais il n'allait pas le laisser filer comme ça. Il n'arriverait jamais à battre tous ces injustes sans aide.
Il s'élança à la suite du loup sombre, qui courrait vachement vite. Combien de fois par jour s'entraînait-il pour avoir cette vitesse, et surtout cette foulée ? Le roux grogna, essayant de ne pas le perdre de vue le loup sombre.

Shit, il ne pouvait pas le perdre, ni rester à l'auberge. Alors la seule personne qui pouvait l'aider c'était bien ce loup qui fuyait.

Il tira sur ses muscles, finissant par rattraper le sombre, qui traquait ... un autre loup. Quelques pas plus loin, celui ci, beige, clair dans la nuit, sous les étoiles, pouvait être aperçu dans le brouillard, au bord de la route, rentrant hâtivement chez lui.

Une lueur se profila entre les troncs d'arbre d'une forêt non lointaine, et Agra baissa les oreilles. Bordel bordel bordel. Qu'est ce qu'il faisait ici à suivre un loup étranger ? Il allait se faire gueuler dessus par son entraîneur...
Cette pensée l'amusa. Il agita ses oreilles, se rapprochant du sombre sans bruit.

"Qu'est ce que tu fais ? Il faut que ..."

Soudain, le roux s'immobilisa. Quelqu'un approchait, quelqu'un de si silencieux et sombre qu'il était presque invisible, mais l'odeur du sang qui caractérisait ceux de son genre ne pouvait signifier qu'une chose.
Un sanglant.

Agravain passa une patte devant son congère -enfin il ne le connaissait pas, mais avec sa prestance dans l'auberge il ne pouvait que l'appeler son compère- pour lui faire signe de ne plus bouger. Il ne savait pas si il l'avait senti venir, puisqu'il semblait si concentré sur le beige et blanc.
L'odeur du sang se fit soudain plus prononcée, et un loup sombre surgit d'un fossé surprenant le beige, qui cria de surprise.
Le rire amusé du sombre leur parvint alors qu'ils observaient à quelques vingtaines de pas.

De là, on distinguait déjà la figure, avec sa cape à capuche sombre, déchirée, d'un noir profond. Un liquide scintillant sur ses vêtements, et renvoyait quelques éclats de lumière, sombre, sur son pelage, une odeur ferreuse, comme la rouille leur parvint, sur la brise toute légère, le sombre concertant le clair dans la nuit brumeuse. Quel genre de personne concertait un sanglant ? A cette heure ?

Quelque chose tinta, comme des pièces qui s'entrechoquaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehnala
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 22

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Mer 11 Jan - 12:03

    Les oreilles rabattues et l'échine hérissée sous son manteau, Méléagant s'était immobilisé au geste de l'autre loup, d'avantage car il venait d'apercevoir la silhouette sombre que véritablement par l'indication que le roux lui avait donné - mais peu importe, le résultat était le même. Une odeur métallique, légère mais bien présente, provenait du nouveau venu. Il entendit distinctement le tintement léger lui-aussi, et eut l'impression qu'une pierre tombait dans son estomac. Etait-ce bien ce qu'il pensait ? Leurs ennemis avaient-ils véritablement fait appel aux Sanglants ? Ses pupilles s'agrandirent, et il se dégagea de la patte de l'autre dans un geste soudain. Un frisson parcourut son échine. Si les Sanglants n'avaient pas la réputation au combat des Chevaliers, on leur attribuait toutefois la qualité fort adaptée de ne jamais laisser une cible en vie. Si le contrat était passé avec un client, il serait accompli, peu importait comment.
    Il fallait les arrêter.

    Avec un jappement rauque qui visait clairement à distraire les deux qui complotaient, le loup sombre se jeta en avant et bondit vers eux. Si le Sanglant recula d'un pas à son approche, le beige ne vit rien venir et il le heurta de plein fouet. Il ignorait complètement si l'assassin allait intervenir ou non - techniquement, il n'avait rien à voir dans ce conflit, sa tâche n'était pas de protéger son client puisque de toute évidence il avait déjà été payé.

    "Saleté !" Gronda-t-il en plaquant le beige contre le sol, les babines retroussées."Qu'est-ce que tu lui as dit ? Qu'est-ce que tu as demandé ?!"

    L'autre se débattit en jurant, et réussit finalement à se défaire du sombre en l'envoyant bouler sur le côté d'un coup bien placé. Alors que Méléagant roulait au sol, le beige se releva d'un bond et fila sans demander son reste. Avec un grognement de dépit, le sombre se releva à son tour. Mais alors qu'il allait se lancer de nouveau à sa poursuite, un détail le fit tiquer.
    Le Sanglant était toujours là.
    Silhouette immobile, il n'avait pas bouge et s'était contenté d'observer la scène. Que cela pouvait-il signifier ? Méléagant coula un regard vers lui à travers ses mèches bouclées, puis chercha la silhouette du rouquin des yeux. Où était-il, celui-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cookie-chronicles.forumactif.com
Liliandril
Admin


Messages : 30
Date d'inscription : 03/01/2017

MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   Mer 11 Jan - 22:24

Le roux sut de suite qu'il allait bondir, quand il le poussa, mais ne le revint pas. Après tout, c'était une affaire personnelle.... Mais le doute le attrapa au galop, et il rejoint le loup sombre, après l'avoir entendu hurler, et quelque chose en lui si figea.
Bien que les relations entre la famille de ses deux parents étaient tendues, lui avait eu une enfance et une jeunesse très heureuse, avec des parents qui s'aimaient, qui se chamaillaient et s'embêtaient gentiment, et n'avait été confronté au désespoir, à la fureur, à la tristesse, que rarement, et ce lors de son entraînement d'écuyer. Mais ici, c'était bien de la fureur basée sur une certaine peur. Il baissa les oreilles, mais se jeta à la suite du loup, pour confronter le sanglant du regard. Les sanglants étaient employés autant chez la Reine que chez le Roi, habiles assassins, ils étaient tout de même très chers à payer, surtout pour les travaux dangereux. Mais leur réputation les précédait.
Jamais un écuyer, seul, ne s'attaquerait à l'un d'entre eux.
Non pas parce que les chevaliers ou les sanglants en seraient offensés. Les chevaliers savaient fort bien que les sanglants étaient d'un ordre très détaché. On y demandait un assassin pour un travail ou un autre, et l'un d'eux acceptait le travail, mais il n'y avait pas de solidarité entre assassins. Pas du tout.
Mais un écuyer les savait dangereux, car impossibles à retrouver, ils ne craignaient pas de rétribution pour un meurtre de plus ou un meurtre de moins.
On ne tentait jamais quelque chose, quand on était un écuyer solitaire.
Mais Agravain était pas seul.
Il montra des crocs.

"Sanglant."

Des crocs se pointèrent entre les babines sombres du loup, ses yeux luisant sous son capuchon.

"Chevalier"

La voix féminine mais métallique sur les bords grogna de sous le tissu sombre, qui était de toute évidence tâchée de sang. Il sentit son pelage se hérisser. La situation était peut être encore plus dangereuse que celle qu'il avait rencontrée dans l'auberge. Il baissa les oreilles, sentant le regard de son camarade sur lui et le sanglant. A deux, ils auraient la victoire au combat armé, certainement. Les sanglants étaient faits pour opérer dans l'ombre.
Est ce que le loup qu'il suivait depuis tout à l'heure savait qu'on ne payant un sanglant que après qu'ils aient effectué leur travail ? Sinon, il était carrément plus simple pour le sanglant de prendre l'argent et buter le client. Plus facile, plus rapide.

Il regarda en coin sombre, en entrouvrant la gueule pour parler.
Avant de se jeter sans prévenir sur la louve sanglante. Elle grogna, évidement surprise, et il put la renverser sur le dos.
"qu'est ce que vous avez fait ?" grogna t'il, ses crocs à l'air.

Elle avait du utiliser ses armes, mais de plus il vit tout de suite qu'une partie du sang était pas celle d'un autre loup, mais la sienne. Sa tâche avait été plus dure qu'elle ne l'avait d'abord escompté ? Il grogna, et appuya un peu sur la blessure, la faisant grogner encore une fois. C'était pas chevaleresque du tout de faire ça, mais il avait eu tant de chance de la surprendre, et gâcher sa position pourrait lui coûter la vie.
Il était prêt à toute tentative, mais peut être qu'elle se montrait raisonnable. Ils étaient deux. Ils étaient forts, et pas blessés.
Son capuchon commença à glisser de son museau.
Révélant une truffe sombre, un museau noir à poils ras. Les assassins détestaient se révéler.

"C'était juste un vieux loup ..." grogna t'elle, avec la de quelqu'un qui faiblit.
Le roux allait se retourner vers son camarade, pour savoir si c'était assez, quand un violent coup de patte arrières de l'estomac l'envoya par dessus la louve, qui avait évidement fait semblant d'être faible pour pouvoir s'échapper de son emprise.
Elle roula sur elle même aussi vite qu'elle put, son capuchon retombant sur son museau, la voilant de nouveau, et elle commença à fuir, sa silhouette noire disparaissant de plus en plus vite dans la brouillard, bien qu'elle boite lourdement de la patte avant droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre I - Frère de sang, frère de coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un frère abusif ? [PV]
» « Toi que j'appellais mon frère, comment peut tu autant me hair ? Est-ce vraiment ton désir ?» •• PV ISRAËL
» Monsieur, Frère Unique du roi, Philippe Ier d'Orléans
» (♂) Adam Levine ♠ frère
» (m) CALEB LANDRY JONES, Frère jumeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cookie Chronicles :: Les Chevaliers :: Chapitres-
Sauter vers: